L’approche de l’ONUDI en matière de la facilitation des échanges

Le respect des normes internationales est devenu de plus en plus important au XXIe siècle. Les marchandises exportées des pays en développement tombent souvent à la dernière barrière à leur arrivée à la frontière du pays de destination et sont refusées pour des raisons sanitaires ou de qualité. Ces rejets entraînent des pertes financières importantes pour les producteurs et peuvent nuire gravement à la réputation de leur pays d’origine. Au mieux, les marchandises doivent être renvoyées à leur lieu d’origine et au pire, comme dans le cas des denrées alimentaires périssables, l’intégralité de l’envoi sera détruite au point d’entrée.

La facilitation des échanges insistant tellement sur la nécessité de supprimer les lourdeurs administratives et d’améliorer les procédures douanières à la frontière, il est facile de passer sous silence le fait que l’un des premiers défis pour un accès réussi aux marchés d’exportation commence à la sortie de l’usine. les marchandises commencent leur long voyage vers les marchés régionaux et mondiaux. À cet égard, les exigences du nouvel accord de l’OMC sur la facilitation des échanges, succédant aux obstacles techniques au commerce (OTC) et aux mesures sanitaires et phytosanitaires (SPS).

 

Les accords représentent un défi majeur et une énorme opportunité pour les pays en développement. Ces pays disposent rarement d’installations adéquates pour stimuler le commerce.

La pierre angulaire de la mise en œuvre effective et efficace de l’AFE réside dans les tests, l’inspection et la certification, qui font appel à des procédures harmonisées d’évaluation de la conformité, conformes à l’Accord OTC et répondant aux exigences élevées des marchés extérieurs et des consommateurs.

 

 

graphique

TOUT VOIR Ajouter une remarque
VOUS
Ajoutez votre commentaire
 
© Academy EdTech. 2019 All rights reserved.
X